Le Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité Nationale de 2008 a consacré le renseignement comme une activité fondamentale pour la protection de la souveraineté de l’Etat et des intérêts fondamentaux de la Nation.

Depuis cette date, de nombreuses réformes touchant à l’organisation du renseignement ont été mises en oeuvre afin de mieux identifier les services qui composent la communauté du renseignement, assurer une coordination de leurs activités et une meilleure fluidité des échanges, créer un socle de valeurs communes, renforcer leurs moyens tout en assurant un contrôle, notamment parlementaire, plus poussé de leur utilisation par le pouvoir exécutif. Ces bouleversements structurels se sont poursuivis en 2014 avec la création de la DGSI (Direction générale de la Sécurité Intérieure) - dont la montée en puissance se poursuivra jusqu’en 2019 - et d’une Inspection des services de renseignement.

L’année 2015 devrait voir s’instaurer un débat sur l’encadrement législatif de leurs activités qui fait actuellement défaut, afin notamment de créer un lien de confiance entre le monde du renseignement et les citoyens, sans mettre toutefois en péril la nécessaire clandestinité de leur action.

Cette relation de confiance est indispensable pour mieux répondre aux défis sécuritaires globaux auxquels notre pays est confronté.